Du monde au désert, l’aspiration à la solitude au XVIIe siècle

Colloque organisé
le
21 mars 2019 à Paris VIe (Institut catholique de Paris)
et le 22 mars 2019 à Magny-les-Hameaux (Granges de Port-Royal)
pour les vingt ans du Centre de recherches et d’études de spiritualité cartusienne (CRESC)

Dans la première moitié du XVIIe siècle, un véritable engouement apparaît pour la vie contemplative et solitaire, en dehors des ordres constitués. Cet engouement touche des femmes du siècle, d’anciens militaires, des laïcs, avocats, chevaliers, seigneurs de province, clercs qui tout en souhaitant mener une vie intérieure plus dense et plus contemplative, ne s’engagent pas dans les ordres monastiques. Ils se retirent du monde, totalement ou partiellement, dans des lieux isolés, parfois éloignés des villes et s’engagent au silence, à la prière et à la conversion de leurs moeurs. Ils rejoignent les solitaires de Port-Royal, comme Pierre-Thomas du Fossé, ou fondent pour certains des résidences, comme ce fut le cas de Jean de Bernières-Louvigny, Trésorier du roi de France, membre laïc du Tiers-Ordre franciscain et qui fonda à la fin de sa vie l’ermitage de Caen.

Cet univers de l’entre-deux, du monde au désert, se constitue de façon pérenne dans un contexte encore marqué par le souvenir de la Ligue et bientôt confronté à la Fronde. Il s’élabore dans une période où le sentiment religieux s’individualise et s’approprie la mystique Rhéno-flamande et la Devotio moderna dont la chartreuse de Paris – qui fut une des grandes inspiratrices du désir de retrait du monde- favorisera la diffusion en français. Ces nouveaux convertis s’attachent donc à la contemplation mais aussi à la doctrine de la pauvreté volontaire, dans la mouvance franciscaine, comme Gaston de Renty qui se retirera de la vie militaire, en Normandie, pour se consacrer aux pauvres.

Tous sont attirés par la doctrine de l’abandon véhiculée par les écrits de Benoît de Canfield, de Surin et plus tard de Madame Guyon, ce qui vaudra à certains d’entre eux la méfiance de l’autorité ecclésiale, voire la condamnation pour quiétisme. Il s’agit avant tout de fortes personnalités qui iront jusqu’au bout de leur projet, parfois en marge des institutions, comme Jean de Labadie.

L’aspiration à la solitude, à travers ses modèles institutionnels, leur dépassement et sa réinvention permanente pose ainsi la question de la liberté de l’homme face aux enjeux de sa foi et de son engagement sociétal dans un XVIIe siècle commençant, marqué, comme le soulignait Henri Bremond, par l’invasion mystique. Et au-delà des cas de figure étudiés au cours de la première journée, c’est toute une tradition esthétique du retrait du monde qui se laisse percevoir et qui perdurera dans les milieux laïcs où progressivement retraite et contemplation de la nature se rejoignent laissant un patrimoine architectural et pictural riche qui sera évoqué au cours de la seconde journée.