Docteur Edgardo D. Carosella

Fonction

Biographie

Edgardo Delfino CAROSELLA               

 

Né à Buenos Aires le 9 avril 1951, de nationalité française. Ecole Normale Supérieure de Professeurs Mariano Acosta. MD, Faculté de médecine de l’Université del Salvadors.j. MD, PhD., Interne des hôpitaux de Paris. Directeur de recherche au CEA et Chef du service de recherche en hémato-immunologie, hôpital Saint-Louis. Vice-Président du Centre d’Etude du Polymorphisme Humain-C.E.P.H. Membre : de la European Academy of Sciences, du Conseil académique et Comité de rédaction de cette académie, de l’Académie des sciences de l’Institut de France, de la New York Academy of Science.

E.D. Carosella commence sa carrière scientifique en 1972 à l’Institut de Recherche Hématologique de l’Académie Nationale de Médecine à Buenos Aires (1972) par l’étude de l’immunité cellulaire chez les malades atteints de lymphome et de lèpre.

Invité en 1976 par le Pr. Jean Bernard, il rejoint l’équipe du Pr. Jean Dausset à l’Institut Universitaire d’Hématologie à l’hôpital Saint-Louis. Il étudie le rôle des antigènes HLA dans la réponse allogénique. Le contrôle génétique de l’alloprolifération était attribué jusqu’alors aux antigènes HLA-A, -B, -C. Les études réalisées par EDC sur des familles informatives modifieront ce concept et démontreront l’existence d’un système autonome proche de la série HLA-B situé à 1% de recombinaison de celle-ci et responsable de la réaction allogénique. Ce système s’appellera par la suite région HLA-D. Il décrivit, pendant cette prolifération : a) la production de cellules T mémoires contrôlées par un nouveau type d’antigènes appelés HLA-DR ; b) la différenciation d’une population lymphocytaire T capable d’inhiber la réponse allogénique qui ségrège avec l’haplotype D. Cette inhibition était due à une protéine soluble qu’il démontra plus tard être la molécule HLA-G5.

C’est par ses travaux sur HLA-G qu’E.D. Carosella change totalement la compréhension de la tolérance fœto-maternelle. Il est le premier à démontrer de façon décisive pourquoi une mère ne rejette pas son fœtus pourtant porteur d’antigènes paternels. Il fit la première expérience ex vivo du rôle protecteur de la molécule HLA-G présente à la surface des cellules fœtales placentaires (cytotrophoblastes) vis-à-vis de la lyse exercée par les cellules maternelles utérines NK, tant dans des conditions semi-allogéniques (cytotrophoblastes et cellules NK provenant de la même mère) qu’allogéniques (cytotrophoblastes et cellules NK provenant de mères différentes). Le blocage de la molécule HLA-G déclenche une cytotoxicité importante envers ces cellules fœtales. Ainsi le fœtus est protégé des réactions de rejet médiées par les cellules T et NK maternelles. De plus il démontra que la molécule HLA-G est un inhibiteur des cellules immuno-compétentes : NK, T, cellules présentatrices des antigènes (APC) et cellules B productrices de Ac. Il décrivit trois conséquences cliniques majeures de l’expression de cette protéine : a) dans le contexte de la grossesse, HLA-G est la condition préalable à l’implantation embryonnaire ; b) en transplantation d’organe, elle induit une absence de rejet ; c) dans le contexte tumoral, son expression a un impact fonctionnel négatif sur la réponse anti-tumorale.

Il compte à ce jour plus de 300 articles publiés dans des journaux scientifiques internationaux à fort facteur d’impact, plus de 350 communications aux congrès et 15 ouvrages scientifiques.

De par sa double formation en philosophie et médecine, il a consacré, en philosophie des sciences, une seconde activité de recherche sur l’identité de l’individu et est à l’origine d’une nouvelle théorie immunologique sur la reconnaissance du soi. Il a organisé et présidé deux conférences inter-académiques sur ce thème : en 2005 L’Identité ? Soi et non-soi, individu et personne avec l’Académie des sciences et l’Académie des sciences morales et politiques, en 2008 L’Identité changeante de l’individu – La constante construction du soi avec l’Académie des sciences, l’Académie des sciences morales et politiques de l’Institut de France et l’Académie Pontificale, ce qui a conduit à la publication de trois ouvrages, deux en qualité d’éditeur et un (Ed. Odile Jacob) en qualité d’auteur.

Edgardo D. Carosella a reçu les prix de la Fédération Int. de la Lèpre (Argentine, 1977), de l’International Society of Experimental Hematology (Allemagne, 1995), le prix européen de la Fundacion Balear Transplant (Espagne, 1995) et du European Group for Blood and Marrow Transplantation (Suisse, 1995). Lauréat de l’Académie des sciences “Grand Prix C.E.A. de l’Académie des sciences” (1996), Hôte officiel de la Autoridad Regulatoria Nuclear (Argentine, 1999), il a reçu le Merit Award of 13th International Congress of Histocompatibility and Immunogenetics (2002). Professeur Honoraire de Médecine de l’Université du Salvadors.j, il a été nommé International Scientist of the Year (2003) et Doctor Honoris Causa de l’Université del Salvador (Argentine, 2006).

Il est Commandeur de l’Ordre national du Mérite, Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur, Officier de l’Ordre des Palmes académiques.