La Chrétienté dans l'histoire

Textes réunis par Nicole Lemaître

 Paru aux éditions Parole & Silence, 2014

Le mot chrétienté est singulier dans notre Europe laïque. Il a longtemps justifié la communauté la conquête (des    carolingiens à la Reconquista puis celles de l’Afrique, l’Amérique ou l’Asie) ; il a conforté la survie des minorités  (anabaptistes…) et délimité le territoire latin où la Res publica est protégée. Il est parfois devenu une vertu personnelle face l’immensité païenne. Plus encore, ce qualificatif accompagne aussi l’idée de croisade ou la colonisation dans les cultures non chrétiennes qui nous le renvoient volontiers avec mépris aujourd’hui. En fait, les historiens montrent ici que depuis plus de mille ans, ce mot sert de marqueur d’unité, réelle ou fictive, peu importe. Il dit l’effort pour se construire comme communauté de ceux qui partagent une culture tout en ayant conscience de leurs divisions. Il devient alors une dynamique du pluralisme et non plus la nostalgie d’une unité perdue.

P. Capelle Dumont, Marie-Anne Vannier,  Tim Geelhaar, Florian Michel, Marianne Carbonnier-Burkard, Mathilde Monge,M. V. Dmitriev.
Laurent Tatarenko, Aurélien Girard, Pierre Ragon, Liam Brockey .

 

Une crise chrétienne de l'Europe ?

Livre des actes du Colloque
Paru aux éditions Parole & silence 2013

Les catholiques, en particulier les démocrates-chrétiens, ont été, dans les années qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale, les penseurs et les moteurs d'une Europe radicalement nouvelle, porteuse de paix, fondée sur la libre adhésion des Etats à une communauté de destin, et sur le principe démocratique. Des hommes comme Alcide de Gasperi, Konrad Adenauer, Robert Schuman, nourris de l'Evangile, avaient une haute conception du passé, donc du futur. Le processus de la construction européenne, ouvert par la Déclaration Schuman du 9 mai 1950, avait un objectif clair : construire une entité politique sans précédent dans l'Histoire, en réunissant des nations qui, presque toujours, avaient été ennemies. Des avancées considérables ont été réalisées dans cette intention ; elles n'ont cependant pas permis de susciter une véritable conscience européenne.

La crise actuelle de l'Europe, accentuée par les tensions économiques, est redoublée par une "crise chrétienne de l'Europe", l'engagement des catholiques pour sa cause s'essouflant. Pourquoi au fond ? Beaucoup invitent  à donner une âme à l'Europe, mais sans être toujours entendus.

Ph.Capelle-Dumont, Ph. Chenaux, J-A de Clermont, J-D Durand, P. Fischer, H. Haenel, J-P Jouyet, Mgr J. Laffite, J-P Machelon, H. Madelin, s.j., J-F Mattei, Cardnal P. Poupard, A. Rccardi, J. Vignon, J. De Volder, C. Withol de Wenden.

Le Progrès

Paru aux éditions Parole & Silence, 2012

On ne l'arrête pas, dit-on. Mais si le progrès s'arrêtait tout seul ? Parce que beaucoup ont pris conscience du prix à payer ou des crimes commis en son nom. Ou faute de gens qui y croient encore ! Avons-nous encore besoin de cette foi, succédané naïf de la religion ? Puisque le christianisme a sa part de responsabilité dans la naissance de l'idée de progrès, il fallait que les chrétiens en prennent une vue démystifiée, en mesurent les conquêtes et les coûts, distinguent les domaines où l'on peut espérer avancer, ceux où il vaudrait mieux reculer, et ceux dans lesquels la notion de progrès n'a guère de sens. Ainsi, dans le présent volume, des savants, scientifiques, philosophes, théologiens et artistes, essaient de clarifier une question décisive pour le destin de nos sociétés. Partant des champs de savoir qu'ils occupent, leurs réponses révèlent la pluralité des significations attribuées à un vocable ambigü, voire dangereux, mais incontournable.

Mgr Jean-Pierre Batut - Rémi Brague - Philippe Capelle-Dumont - Yves Caseau - Jean-François Chiron - Chantal Delsol - Eric Dessert - Jean-Noël Dumont - Emmanuel Gabellieri - Dominique Lambert - Michel Morange - Michaël W.Oborne - Dominique Ponnau

Ecrits

"Dieu, le temps et la vie", Colloque inaugural de l'Académie catholique de France,23 octobre 2009.
Actes publiés dans Transversalités N°110, Institut catholique de Paris, (avril-juin 2010).


 "Des poètes et Dieu", Journée d'étude organisée par la section Arts et lettres de l'Académie.
Actes publiés dans Transversalités, N°120, Institut catholique de Paris, (octobre-décembre 2011)

Pauvretés et urgences sociales

Paru aux éditions Parole & Silence, 2011

L’Académie catholique de France a consacré son second congrès annuel à la question des pauvretés et aux dispositifs d’urgences que celles-ci appellent. Sa devise lui en faisait obligation : « Non intratur in veritatem nisi per charitatem (On n’entre dans la vérité que par la charité). » Cette invitation grave, adressée dès le christianisme antique par saint Augustin, retentit aujourd’hui singulièrement. Le fait que les plus grandes idéologies du XXe siècle aient échoué dans leurs tentatives de résoudre la question de la pauvreté dans le monde, cela ne porte cependant pas le christianisme à s’ériger en modèle contre-culturel, bien plutôt à engager de nouvelles médiations réflexives et à produire de nouvelles expertises disciplinaires. Philosophes, économistes, acteurs sociaux, théologiens et artistes ont été ainsi conviés à faire résonner leurs voix propres face à des réalités de précarité dont il est interdit, absolument, de s’accommoder. Il faut en effet dépasser la rhétorique des seules indignations, passer des observations à la justification des diagnostics puis établir des propositions. Telle est la tâche que l’Académie catholique de France, dans un esprit de contribution civique, a voulu encadrer et dont elle présente ici les premiers fruits.

Jean-Robert Armogathe – Philippe Capelle-Dumont – Jean-Pierre Dupuy – Xavier Emmanuelli – Pierre de Lauzun – Peter McCormick – Pierre Manent – Michaël W. Oborne